Equipe oTwo

From Communauté de la Fabrique des Mobilités




Contact the team


Description: Nous souhaitons developper une solutions de mobilités résilientes à fort impact positif sur l’environnement.

People involved in the team: Florent Vanhove, Gauthier, Sebastien FRYS, Wael Abou-dahr

Referent (privileged contact): Sebastien FRYS

Full team? Non

Extreme Challenge Candidate: Oui

Challenge(s) addressed: L'extrême défi ADEME

Team vehicle(s): oTwo One

Wealth sought by the Team: Cas d'usages, Moyen de prototypage - production - essais et calcul, Financement, Contributeur - Communauté

Skills sought by the team: Energie/Electrique, Information/simulation, Politique/territoriale, Politique/Plan de Déplacement Urbain - PDU, Equipement/Equipement de protection, Equipement/Mobilier urbain, Réglementation/environnementale - Droit environnemental, Réglementation/véhicule, Partie prenante/Utilisateur, Partie prenante/Cluster association, Partie prenante/legislateur état agence, Compétence en groupe/Connecteur : connecte les personnes selon leur centre d'intérêt, Compétence en groupe/Facilitateur : anime un collectif - facilite l'émergence d'idée - apaise, Compétence en groupe/Archiviste - Curateur : archive - indexe -fait de la curation, Compétence en groupe/Agitateur : met en mouvement - révèles les tensions - crée les dynamiques

Personnes ayant les compétences recherchées par l'Equipe : Abdelkoudouss FAQIR, Abdourahamane, Adam Mercier, Aladin Mekki, Alain Deveze... further results

Other needs:

Common(s) of interest for the Team:

Community of interest:

Theme: Véhicules intermédiaires, eXtrême Défi

Website: http://otwo.bike

Link to my cloud, wiki, drive:

Cropped-oTwo Logo.jpg


Response file to the eXtreme Challenge[edit source]

Describe here your answer on 4 of the 6 parts: Narrative, ecosystem, economics and feedback.
The 2 other parts (Vehicle, Energy) are to be detailed in your Vehicle sheet oTwo One.

Happy on a bike.jpg

Camille est heureuse , elle reprend le contrôle de sa vie

Fini la fuite en avant, notre société commence à ralentir, à réfléchir sur le long, à prendre le temps d’observer, de ressentir, de s'émerveiller des petites choses. La nature reprend sa place, même dans la ville où la voiture était reine. D'autres solutions de mobilité plus durables sont apparues. Les problèmes de ressources limitées font que l’on consomme moins mais mieux. Notre empreinte carbone a également diminué, nous utilisons des matériaux durables avec peu d’impact sur le climat ou la biodiversité. Nos habitudes de consommation ont évolué pour être plus responsables et répondre à nos besoins avant nos envies. Fini l'obsolescence programmée, on encourage les produits qui sont faits pour durer et il devient plus intéressant de réparer que de jeter.

Economie circulaire.png


Camille fait fonctionner l'économie circulaire

Elle mange local et achète local. Elle se soucie de la provenance des produits, de la manière dont ils ont été fabriqués mais aussi comment ils seront géré en fin de vie. Comme 74 % de Français, Camille se déclare prête à payer plus cher pour acheter un produit fabriqué en France [1].

Habitat.jpg


Camille a également intégré un habitat partagé,

une petite communauté de 8 foyers situés dans une ville moyenne . A l’inverse des grandes villes ,les villes moyennes en zone rurale ou périurbaine sont de plus en plus plébiscitées, elles possèdent commerces et services publics mais aussi la tranquillité et sont plus proche de la nature. [2] Dans l’habitat partagé, chaque foyer occupe un logement indépendant de petite taille mais largement suffisant pour leurs besoins et très sobre en énergie. L’habitat possède également des communs permettant de se retrouver, d’inviter des amis ou de la famille, de faire du sport ou même de bricoler ou cuisiner à plusieurs s'ils le souhaitent. Cela permet d’investir dans du matériel professionnel de qualité et plus efficace pour la laverie, l’atelier de bricolage, la cuisine collective ou le jardinage, et qui peut être utilisé par tous.

OTwo familistère Guise.jpg


Camille se déplace maintenant majoritairement à vélo

La voiture qui est également partagée par la communauté n’est utilisée que quand cela est nécessaire, pour une urgence, un trajet éloigné ou pour voyager à plusieurs. Comme 72% des Francais elle considère le vélo comme une tendance durable, l’avenir des déplacements du quotidien et une solution crédible pour préserver l’environnement. [3] Camille a pris conscience que la voiture est la plupart du temps utilisée pour des trajets courts ou très courts : 62 % des déplacements impliquant ce mode de transport font moins de 10km. [4] La voiture est plus un choix et une habitude qu’un besoin. Bien que les commerces soient plus accessibles en zone urbaine qu’en zone rurale, d'après l’insee neuf personnes sur dix en France vivent dans l’aire d’attraction d’une ville.[5] La majorité de la population vit à proximité d'un commerce alimentaire ou d'une pharmacie, 84 % vivent à moins de 2 km d’une boulangerie [6] La voiture reste également majoritaire pour les déplacements domicile-travail, même pour de courtes distances 42% des personnes dont le lieu de travail est situé à moins de 1 km de leur domicile s’y rendent en voiture [7]

Un mini velo cargo

Se passer de la voiture n’a pas été simple pour Camille. Notre vie est organisée autour du système voiture, nous avons des emplois du temps bien rempli, il faut pouvoir se déplacer “assez” vite et “assez” loin, mais aussi pouvoir transporter des courses, du matériel de bricolage, un colis, ou un enfant, et si possible sans arriver transpirant a un rendez-vous. La solution devait être un vélo qui puisse devenir un vrai moyen de transport et pas juste un instrument de loisir, le mini vélo cargo oTwo. Un vélo cargo de la taille d’un velo standard (moins de 2m), léger (24kg) et à assistance électrique, permettant de transporter des objets ou un enfant vite et sans effort.

IMG 2773 2 Large.jpeg


Avec son mini velo cargo oTwo, Camille intrigue et fait des émules. La prise de conscience de la nécessité de la transition est de plus en plus forte dans la société. 91% des Français veulent réduire l’impact écologique de leurs déplacements quotidiens et sont en recherche de solutions. [8] Le vélo cargo était majoritairement vu comme un véhicule réservé aux familles nombreuses ou aux professionnels mais ce mini vélo cargo semble beaucoup plus accessible par sa taille et son poids, il suffit de savoir faire du vélo pour l’utiliser. 65% des Français ont pratiqué le vélo au moins une fois au cours des 12 derniers mois, et l'usage du "vélotaf" (se rendre à vélo au travail) se développe. [9] Il est aussi compatible avec la majorité des habitudes d’usage du vélo comme le mettre dans le TER, dans l’ascenseur, dans un abri de jardin, dans les emplacements vélo en ville, etc.

Otwo park.jpg


Camille est également fière de supporter l’industrie française avec un vélo 100% français (sauf pour les freins hydrauliques, et les pneus pour lesquels il n’y a pas de solution locale actuellement). En 2021 en France 2,7 millions de vélos ont été vendus, c’est de loin le moyen de transport le plus vendu ; mais seulement 800 000 ont été assemblés en France et seulement quelques milliers ont été fabriqués localement.[10] Nous avons perdu une industrie, un savoir faire, et une indépendance sur un élément aussi essentiel qu’un vélo. Aujourd’hui suite à la crise du Covid, de l’Ukraine, de la pénurie de matières premières et au succès du vélo, de nombreuses chaînes d’approvisionnement sont perturbées. Des délais de 12 à 24 mois sont nécessaires pour s’approvisionner en composants de transmission ou en freins par exemple. Nous sommes extrêmement dépendants d’une économie complexe et globalisée. Il est temps de recréer une filière de l’essentiel, locale, responsable et durable.

Otwo by night.jpg



OTWO Le vélo cargo pour tous, responsable et fabriqué en France



Narrative File:

oTwo est une usine artisanale à taille humaine qui produira des véhicule. Cette usine dépend de nombreux acteurs que l’on veux un maximum locaux pour maximiser la resilience et le développement d’un écosystème local. Cela inclus les industries, fournisseur de matière première, les industriels spécialisées dans le cintrage de tube ou la découpe laser, etc. Mais aussi les associations comme "les boites à vélo", ou toute structure qui partagerait notre vision d’une mobilité plus sobre. Cela peut être une collectivité qui souhaiterais mettre en place des flottes de véhicules et adapter ses infrastructures. Mais aussi une entreprise qui souhaite convertir et adapter ses véhicule pour une solution plus durable. Ou encore des associations qui pourrait participer à la maintenance ou l’adaptation des véhicules . l'important étant d’identifier et cultiver les synergies de ses différents acteurs ayant une visions commune. Aujourd’hui oTwo étant en phase de prototypage et d’industrialisation, l’écosystème se limite au industriels et aux incubateurs Transaley et Evidents qui participent et accompagnent le développement du projet. Cependant avec les premiers prototypes fonctionnels faisant leur premier tours de roues , cet écosystème est en train de s’ouvrir petit à petit aux acteurs intéressés par le projet et des synergies locales sont entrain de naître. Ecosystem File:

oTwo a pour vocation la conception, la fabrication et la vente de véhicules sobres, durables et responsables qui répondent à nos besoins essentiels de déplacements. Mettre en place cette activité comporte deux challenges particulièrement importants. Le premier est que l’industrie est une activité nécessitant d’important financement à rentabiliser dans la durée avec des séries importantes. Le deuxième est le besoin d’un fond de roulement important due au cout relativement élevé du produit. (coût de revient d’environ 3000 euros pour notre vélo cargo) Notre stratégie pour palier à ces deux problématiques est profondément lié a notre volonté de participer a faire évoluer notre modèle de société. Nous souhaitons revenir a l’essentiel. Bien qu’il ne parait pas “low tech” au premier abord, le vélo a été conçu pour être simple. Simple a fabriquer avec les machines industriels disponible un peu partout en France (ce qui n’est pas le cas des vélos actuellement en vente ). Simple a assembler avec des gabarits de montage simple a mettre en oeuvre. Aucun investissement industriel complexe ou spécifique n'est nécessaire . Cela nous permet de revenir a une industrie beaucoup plus artisanale et a taille humaine. Les petites séries de quelques centaines d’unités deviennent possible. Ce nous permet de maitriser l’ensemble de notre produit localement à travers de petits ateliers d’assemblage en partenariats rapprochés avec le tissu industriel local. Nous souhaitons également changer notre rapport a la consommation pour aller vers un model où la consommation n’est plus un acte d’achat passif, mais plutôt une action de participation à un projet qui dépasse l’individu avec une vision et des valeurs qui s’inscrivent dans la durée. Nous souhaitons pour cela nous inspirer des modèles coopératif et de crowdfunding, qui permettrait à nos client de s’impliquer et de nous aider à developper le projet. Le simple fait d’organiser des listes d’attentes ou des pré-ventes permettrait de limiter fortement le besoin en fond de roulement et d’optimiser les commandes de pieces en série. Economic File:

L'extreme Défi a été une expérience extrêmement frustrante pour nous :) On adore l'idée, on adore la collaboration, on adore l'open-source. Cependant, oTwo avait été créé avant l'XD. Nous avons trouvé difficile de s'impliquer et participer à la dynamique collaborative alors que nous avions déjà énormément de choses en cours et un véhicule déjà très avancé. Nous aurions aimé faire plus et espérons pouvoir faire plus sur les prochaines phases. Feedback File: