Afficheur trottinettes électriques

From Communauté de la Fabrique des Mobilites

Nuvola English language flag.svg Nuvola Italy flag.svg


Projets réutilisation des afficheurs des trottinettes électriques

💼 porté par Clubelek


No-image-yet.jpg


Analyse des afficheurs utilisés sur les trottinettes Okai E400, utilisées par Dott, et mise au point de méthodes de réutilisation à base de reprogrammation.


Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource :

Contributeurs : Loup, Zed

Tags :

Catégories : Connaissance, Matériel

Thème :

Référent : Zed

Défi auquel répond la ressource : Challenge sur la 2nde vie des électrottinettes

Personnes clés à solliciter :

Autre commun proche :

Richesse recherchée :

Compétences recherchée :

Communauté d'intérêt : Communauté du challenge de seconde vie des trottinettes électriques

Type de licence ?

Conditions Générales d'Utilisation (CGU) :

Niveau de développement :

Lien vers l'outil de gestion des actions :

Lien vers l'outil de partage de fichiers :

Besoins :

Prochaines étapes :

Documentation des expérimentations :



Autres informations :

Liste des Acteurs qui utilisent ou souhaitent utiliser ce Commun Afficheur trottinettes électriques : aucun pour le moment

Liste des CR d'atelier en lien avec ce Commun Afficheur trottinettes électriques:

Introduction[edit | edit source]

Les afficheurs de trottinettes électriques servent à informer de l’utilisateur de l’état du véhicule : sa vitesse, son état de charge, des codes d’erreurs etc. Nous allons explorer le contenu d’un afficheur Dott de troisième génération, fabriqué par Okai.

Connectivité[edit | edit source]

L’afficheur est relié directement au contrôleur moteur, aux )@gâchettes de frein et d’accélération, à la lampe avant, ainsi qu’à un ensemble de LED affichant les informations utiles à l’utilisateur.

Contenu[edit | edit source]

L’afficheur étant noyé dans du silicone à des fins d’étanchéité, toute investigation sur son contenu nécessite de retirer celle ci.

Composants[edit | edit source]

  • STM32F042K6T6
  • TM1620 (Driver de led)
  • VP230 (Contrôleur CAN)
  • TX4139 (Convertisseur de tension)
  • AMS11173.3 (Régulateur tension LDO)

Pinout des connecteurs externes[edit | edit source]

  • Connecteur Julet 3 pin jaune (vers ??): GND, ?, Bat+
  • Connecteurs Julet 5 pin (vers contrôleur moteur et boitier IOT ): Bat+, ?, CANH, CANL, Bat-
  • Connecteur 3 broches (rouge jaune vert, vers accélérateur) :5 volt, Input, GND
  • Connecteurs 3 broches (rouge noir vert, vers freins) : GND, Input, 5V
  • Connecteur 2 broches (vers lampe) : 6V?, GND

Contrôle bus CAN[edit | edit source]

Le contrôle du bus CAN se fait au moyen des pins 22 (PA12, envoi) et 21 (PA11, réception) du microcontrôleur de l’afficheur.

Lecture entrées accélérateur/freins[edit | edit source]

Les pins 10 et 11 (PA4 et PA5) permettent de lire les données en provenance des gâchettes de frein (entre 0V et 5V), et la pin 13 (PA7) est dédiée à l’accélérateur.

Activation lampe frontale[edit | edit source]

L’activation de la lampe frontale se fait via le pin 14 (PA8).

Reprogrammation[edit | edit source]

Le programme contenu à l’intérieur du microcontrôleur est verrouillé en lecture, mais pas en écriture, ce qui nous autorise à réécrire son contenu avec un programme développé par nos soins (https://github.com/Zed314/ES400-Dashboard-Code).

Matériel nécessaire[edit | edit source]

  • ST-Link v2 (5 euros environ)
  • 4 cables de prototypage (mâle-femelle)
  • Un ordinateur équipé de STM32CubeIDE
  • Un tournevis plat

Préparation[edit | edit source]

  • Tenir l’afficheur côté siliconé sur le dessus, avec 4 câbles en bas et les connecteurs des freins/accélérateur en haut
  • À gauche du condensateur jaune, au niveau de l’encoche gauche du plastique, creuser délicatement un sillon jusqu’au PCB, où 4 points métalliques percés devraient être visibles.
  • Relier, de haut en bas, au ST-Link v2 :
    • 3.3V
    • SWIO
    • SWCLOCK
    • GND
  • Le ST-Link peut désormais être relié à l’ordinateur en usb