ReX Co-rémunération GTs collaboratifs de l'eXtrême Défi

From Communauté de la Fabrique des Mobilités



Image :

Fabmob-hp-impliquer.png

Description en une ligne : Retour d'expérience sur l'expérimentation de la corémunération dans le cadre de l'eXtrême Défi

Description : Cette page présente le retour d'expérience de l'expérimentation de la corémunération dans le cadre du programme eXtrême Défi porté par l'ADEME.

Cette expérimentation a été mise en place, avec le soutien de la Fabrique des Mobilités, dans deux groupes de travail collaboratifs de l'eXtrême Défi, grâce à la contribution de leurs deux animateurs :


1. Principe et intérêt pour l’eXtrême Défi / Contexte de mise en place

Le principe de la co-rémunération – ou budget contributif – est de « permettre à un collectif d’organiser la rémunération des membres de manière transparente ». « Le collectif dispose d’un budget et va permettre à ses membres de se rétribuer dans ce budget pour le travail qu'ils effectuent. Chaque membre peut demander une rémunération à hauteur de ce qu’il estime juste, et ce en l’affichant en toute transparence au reste du collectif, qui peut en cas d’abus ou d'incompréhension, remettre en question sa demande. ».

Lors du déploiement de la première phase (d’idéation) de l’eXtrême Défi, neuf groupes de travail ont été lancés pour permettre à la communauté (et particulièrement aux équipes) de réfléchir sur ses besoins collectifs et individuels et d’identifier les verrous à lever pour le bon développement de la filière. Ces groupes de travail et leurs objectifs sont listés sur le wiki. Ces groupes de travail doivent idéalement à terme être animés par des membres d’équipes ou des partenaires de l’eXtrême Défi même si certains sont actuellement par Gabriel Plassat ou par des membres de l’équipe conseil.

L’intuition est que la co-rémunération au sein de l’eXtrême Défi peut permettre de valoriser l’engagement des membres acteurs de la communauté, et particulièrement les animateurs bénévoles des groupes de travail mis en place. L’expérimentation de ce dispositif dans le contexte de la convention permettait ainsi d’identifier les conditions de sa mise en place ainsi que les premiers bénéfices et/ou limites de celle-ci, et notamment de savoir si cette méthode permet de maintenir dans le temps une dynamique collective quand le bénévolat touche ses limites. La co-rémunération permet d’interroger les statuts des acteurs de la communauté, généralement prestataires ou bénévoles, à titre personnel ou au sein de leur organisation.

2. Mise en place

L’expérimentation a été proposée aux animateurs et membres de deux groupes de travail qui l’ont acceptée :

  • GT Batterie XD : animé par Tom Royer (membre d’une équipe) et composé de cinq personnes motrices, dont l’objectif initial est de travailler sur la standardisation des batteries utilisées par les concepteurs de véhicules intermédiaires.
  • GT Marché Business Model XD : animé par Benoît Tholence (membre d’une équipe), dont l’objectif initial est d’aider les équipes à avancer sur l’appréhension de leur marché et sur les modèles économiques associés.

Les premiers échanges avec les animateurs en septembre 2022 ont permis de cadrer l’expérimentation :

  • Support de pointage : un fichier de type tableur, inspiré des travaux de Movilab, a été créé pour pointer les heures réalisées par les différents membres des groupes de travail : https://cloud.fabmob.io/s/2AsS8wmadcxE4Cn
  • Rémunération : le budget à se partager au sein d’un groupe est de 2500€. Deux taux horaires ont été proposés, pour rendre compte de deux types de participation dans les groupes de travail, celle qui implique une charge mentale/de coordination (36€ HT/h) et celle qui n’en implique pas mais apporte tout de même de la valeur au groupe (25€ HT/h). Les participant.es les plus passif.ve.s ne sont pas rémunéré.es car ils recueillent de la connaissance personnelle, il en va de même pour les participant.es qui assistent aux travaux pour présenter leur produit ou leur organisation. Pour faciliter la gestion par la FabMob, il a également été décidé de ne facturer qu’à partir de 500€.
  • Durée et période : il a été décidé de faire courir l’expérimentation et de valoriser l’implication des membres de juillet 2022 à janvier 2023, puis jusqu’en mars 2023. La question avait été posée de recourir dans un premier temps au bénévolat, puis de passer à ce modèle de rémunération, mais les groupes de travail ayant déjà de l’ancienneté, il a été considéré que la période de bénévolat avait déjà été respectée.
  • Définition d’un ou plusieurs objectifs à atteindre au cours de cette phase d’expérimentation : des objectifs opérationnels à 3-4 mois ont été définis par les membres des groupes de travail pour permettre à une personne de prendre le main, d’organiser les travaux dans le groupe et d’identifier ainsi l’impact de la co-rémunération sur les avancées :
    • GT Batterie XD : l’objectif majeur identifié est finalement de « permettre à des concepteurs de véhicules intermédiaires de choisir la configuration batterie/recharge la plus adaptée à leur besoin » (consultable sur le lien miro du GT), la proposition a ainsi été faite de travailler à la rédaction d’un guide d’aide à la décision et de proposer un accompagnement aux équipes de l’XD sur leurs problématiques propres.
    • GT Marché Business Model XD : la proposition faite par Benoît, seul dans le groupe de travail, était descendante, il s’agit de dispenser des sessions de coachings personnalisés (dont les CRs seraient mis à disposition de la communauté) et des sessions groupées théoriques et méthodologiques, en faisant intervenir des acteurs extérieurs ou d’autres membres de l’XD.


Deux verrous principaux ont été identifiés à cette étape du travail :

  • Facturation : Comment permettre aux différents profils de participant.es de l’XD de facturer ? Est-ce que seul(s) les entrepreneur.euse.s et travailleur.euse.s indépendant.es peuvent facturer ? Il est apparu plus complexe de facturer pour les salarié.es qui ont deux possibilités : négocier du temps au sein de leur entreprise ou s’impliquer avec un autre statut ce qui implique une charge de travail supplémentaire. Pour ce qui est du temps passé sur ses heures de travail, le recours au mécénat de compétences (auprès de l’association La Fabrique des Mobilités) est une solution à envisager qui n’a pas été testée.
  • « Création de vocation » : La mise en place d’un dispositif de rémunération pour des personnes initialement bénévoles peut interroger sur l’implication des acteurs de la communauté. Cette rémunération peut-elle faire « appel d’air » et amener d’autres personnes qui n’étaient initialement pas impliquées à investir les groupes de travail ?


Au cours de l’expérimentation, la Fabrique des Mobilités a été sollicitée pour ajouter un cas supplémentaire de recours à la co-rémunération. Un acteur « témoin » de l’eXtrême Défi – Jean-Luc Maté s’est fait ambassadeur du programme et a participé à sa diffusion en Région Occitanie et il a été décidé de prendre en charge ses frais de déplacement.

3. Bilan

Un bilan a été effectué le 29 mars 2023 avec les deux animateurs, Tom Royer et Benoît Tholence, pour échanger à la fois sur les conditions de l’expérimentation et ses effets.

  • Support de pointage : le dispositif est clair et facile à remplir. Dans le GT Batterie XD, c’est tout de même principalement Tom qui s’est chargé de remplir le document et de pointer pour l’ensemble des contributeurs car les membres du GT lui faisaient confiance. La FabMob s’interroge sur la charge mentale supplémentaire que cela implique pour l’animateur et sur la réplication de ce modèle dans des GT ayant des dynamiques différentes.
  • Rémunération : les budgets totaux par groupe n’ont pas été atteints. Du côté du GT Batterie XD, la valorisation de l’implication des 5 membres se monte à 1573€ et du côté GT Marché Business Model XD seulement 270€ ont été consommés. Pour faciliter la facturation, le GT Batterie XD a décidé de faire facturer l’ensemble des heures déclarées à Tom qui se chargera ensuite de les redistribuer au sein de l’équipe. Les animateurs ont partagé leurs interrogations sur les montants de ces valorisations : le taux horaire est très faible par rapport à ce que peuvent percevoir les différents membres de l’XD dans d’autres contextes. Si cela permet de ne pas « générer de vocations » et de valoriser l’implication des plus intéressés, il faut également valoriser le travail réalisé à sa juste valeur et ne pas tomber dans les écueils du « travail passion » qui peut conduire à sous-rémunérer l’implication réelle des participant.es.
  • Durée : le dispositif est intéressant, et il était pertinent d’initier la valorisation du travail dès le lancement de la co-rémunération (et de ne pas attendre quelques mois de « bénévolat »). Cependant, la période de la convention ADEME sur laquelle la Fabrique des Mobilités a proposé d’expérimenter le dispositif n’était pas idéale compte tenu des temporalités de l’XD. Les rendus de la phase 1 étant prévus pour la fin de mois d’octobre, il a été difficile pour les animateurs de s’investir pleinement dans l’expérimentation (particulièrement au début). La période d’expérimentation est par ailleurs un peu courte, et il serait pertinent de poursuivre pour permettre aux animateur.rices à venir de davantage se projeter dans les travaux des GTs.
  • Définition d’un ou plusieurs objectifs à atteindre au cours de cette phase d’expérimentation : les objectifs sont difficiles à atteindre par manque de temps des animateurs, qui devaient concilier leurs activités professionnelles en parallèle.
    • GT Batterie XD : quelques accompagnements ont été réalisés et le travail sur le guide a été initié. L’enjeu est de savoir si l’XD peut se satisfaire d’objectifs plus légers et un peu dégradés pour s’adapter aux disponibilités « en dents de scie » des membres du GT, car la co-rémunération ne semble pas avoir permis de faire davantage. Tom a exprimé sa faible bande passante et a indiqué avoir remis son rôle d’animateur en jeu. Si 1 ou 2 experts se sont manifestés pour rejoindre l’équipe, personne n’a pour l’instant proposé de prendre cette responsabilité.
    • GT Marché Business Model XD : quelques sessions de coaching ont été organisées et des ateliers méthodologiques regroupent 30 personnes, cependant Benoît ne peut pas juger de l'intérêt réel des participant.es. Une interrogation porte sur la posture « juge et partie » de Benoît qui est à la fois membre d’une équipe et accompagnateur d’autres équipes sur l’analyse de leur marché. La co-rémunération pouvait permettre de neutraliser cela et de le positionner comme animateur au service du collectif, mais il ne sait pas si cela a véritablement fonctionné. Il n’a pour l’instant pas eu l’occasion d’amener des acteurs extérieurs, car il n’a pu lancer le travail qu’à partir de novembre/décembre et que les délais étaient trop courts pour les impliquer concrètement avant la fin de l’expérimentation. Il envisage cependant une co-animation ou la reprise de l’animation par Jaime Arredondo (mais soumis à un conflit d’intérêt car prestataire de l’ADEME au sein de l’équipe conseil), ainsi que Justyna Swat, pour les sessions théoriques et méthodologiques, ici au titre de son rôle dans l’équipe conseil.


Les deux animateurs perçoivent la co-rémunération comme un dispositif intéressant pour l’XD qu’il conviendrait de maintenir, sur une période plus longue.

Pour le moment, elle semble avoir eu peu d’impacts sur la façon de s’impliquer des différents membres des GTs ou du réseau élargi de la communauté XD. Elle a cependant indirectement permis de clarifier les attentes et les objectifs des deux GTs.

Prise de note sur le PAD (cocher si Oui) ? Non


Organisations impliquées : FabMob, ADEME
Contributeurs : Benoit Tholence, Gabriel Plassat, Tomroyer
Tags : extrême défi, corémunération, financement
Thème : Véhicules intermédiaires, eXtrême Défi, Voiture électrique et charge
Animateur Atelier : Malou fabmob
Défi lié à l'Atelier : Développer des plateformes techniques ou espaces collaboratifs, Soutenir l'open innvovation
Commun(s) impliqué(s) : Tableau de corémunération





Autres informations :