L’HUMAIN AU CENTRE DE LA MOBILITÉ INTELLIGENTE

From Communauté de la Fabrique des Mobilites


Titre : L’HUMAIN AU CENTRE DE LA MOBILITÉ INTELLIGENTE

Type d'événement (liste déroulante) : Conférence

Description : L’OBJECTIF DE CETTE JOURNÉE EST DE RÉUNIR LES SCIENTIFIQUES DE DIFFÉRENTS DOMAINES DONT LA RECHERCHE VISE À ÉTUDIER L’HUMAIN EN CONTEXTE DE MOBILITÉ URBAINE. LORS DE CETTE JOURNÉE, NOUS SOUHAITONS PROPOSER 8 PRÉSENTATIONS DE CHERCHEURS QUÉBÉCOIS ET FRANÇAIS DANS UNE FORMULE DE 30 MINUTES DE PRÉSENTATION SUIVIE PAR UNE PÉRIODE DE DISCUSSION.

Image :

Annonce-mobility-01.jpg

Tags :

Thème : Voiture Connectée, Vélo et Mobilités Actives, Accessibilité dans les transports, Données ouvertes, Navettes autonomes, Covoiturage quotidien, Ecoles et Etudiants, Autopartage - location courte durée, Urbanisme et ville, Logistique urbaine, Conseillers en mobilité, Stationnement, Voiture électrique et charge, Collectivité

Lieu : HEC Montréal

Participants :

Journée : 2019/05/31

Horaires : 8h30 - 17h00

Référent organisation :

Contact :

8H30 – 9H ACCUEIL 9H – 9H15 INTRODUCTION Eric Brangier, (Pr. Dr.) PErSEUs, Université de Lorraine et Pierre-Majorique Léger, Ph.D, HEC Montréal, Tech3Lab, Chaire UX. 9H20 – 10H ÉVALUER L’EXPÉRIENCE UTILISATEUR DANS LES SYSTÈMES D’INFORMATION AUTOMOBILES PROACTIFS ET APPRENANTS. Cette recherche étudie les effets des nouvelles aides à la conduite, basées sur des systèmes intelligents capables d’apprendre des données sur la conduite du pilote. Grâce à une approche qualitative, articulée sur les trois grandes modalités d’intervention ergonomique: l’évaluation, la conception et la prospection, nous montrons que l’expérience utilisateur évolue sur le long terme et dépend des caractéristiques interactives de l’application embarquée. Plusieurs expérimentations seront présentées qui permettent de caractériser l’ergonomie des interfaces proactives.

Mathilde Duczman, Ergonome, et Eric Brangier, (Pr. Dr.) PErSEUs, Université de Lorraine. 10H – 10H40 ACCRO À MON TÉLÉPHONE INTELLIGENT : LES FACTEURS QUI INFLUENCENT L’ATTENTION DIVISÉE LORS DE L’UTILISATION D’UN TÉLÉPHONE INTELLIGENT EN MARCHANT Dans l’environnement piéton, des dangers inattendus peuvent survenir et, si notre attention est concentrée sur notre appareil mobile, il est facile de ne pas remarquer leur présence. Alors que la surutilisation du téléphone intelligent est plus répandue que jamais, les études démontrent que cela peut avoir des effets négatifs sur la santé mentale. Cependant, la surutilisation peut-elle aussi influencer notre capacité à prêter attention au monde réel en présence d’un téléphone intelligent ? De plus, d’autres facteurs psychologiques, tels que le stress, pourraient influencer notre capacité à identifier des dangers potentiels dans notre environnement lorsqu’on utilise notre téléphone. Une étude subséquente examinera les effets du stress autant sur notre propension à utiliser nos téléphones pour diminuer le stress, ainsi que sur notre attention à notre environnement. Notre présentation portera sur une recherche étudiant l’impact du trait de dépendance au téléphone intelligent ainsi que sur les risques associés à l’utilisation de celui-ci en marchant. La dépendance est définie, dans le cadre de cette recherche, par une utilisation excessive augmentant l’attention donnée aux téléphones intelligents, en marchant. Plusieurs facteurs qui pourraient interagir avec la dépendance sont aussi considérés : l’état émotionnel, l’impulsivité, les habitudes d’utilisation d’un téléphone intelligent en marchant et la perception du risque.

Gabrielle Naime Mourra, Maria Alcaraz et Pierre-Majorique Léger, Ph.D., HEC Montréal, Tech3Lab, Chaire UX. 10H40 – 10H55 PAUSE 10H55 – 11H35 MESURER LA CONFIANCE HOMME-ROBOT : LE CAS DE L’INTERACTION ENTRE LES VÉHICULES AUTONOMES ET LES AUTRES USAGERS DE LA ROUTE. Pour assurer la sécurité des piétons, tout en maintenant une conduite fluide, les systèmes embarqués de la voiture autonome doivent fidèlement détecter les piétons dans un trafic mixte et estimer leurs intentions (traversée de la route) en temps réel. Il en est de même pour les piétons qui doivent comprendre les comportements du véhicule autonome, et surtout avoir confiance en lui. Cette communication se focalisera sur les indicateurs et modulateurs de la confiance du piéton. La présentation abordera une première expérience réalisée en réalité virtuelle (simulateur piéton) et visant à mettre en évidence les différents niveaux de confiance des piétons face à des véhicules conventionnels, des véhicules autonomes non-communicants et des véhicules autonomes communicants.

Flavie Bonneviot, Doctorante Ergonomie, Védécom et PErSEUs, Université de Lorraine. 11H35 – 12H15 LE DANGER DE JOUER SUR SON TÉLÉPHONE EN MARCHANT: LE CAS DE POKÉMON GO Depuis l’été 2016, Pokémon Go est devenu une des applications les plus téléchargées au monde, notamment pour son utilisation innovante de la réalité augmentée(AR). Cependant, l’application a aussi reçu beaucoup de ouverture médiatique pour avoir causé de nombreux accidents. Des études préalables ont établi les dangers de texter sur un téléphone mobile en marchant. Cette recherche compare les dangers de jouer et texter sur un téléphone mobile en marchant. Les participants dans ce projet de recherche devaient compléter trois tâches différentes sur un téléphone mobile en marchant : jouer à Pokémon Go en mode AR, jouer à Pokémon Go sans AR, et transmettre des messages textes. Sur la base des résultats de cette recherche, nous pouvons conclure que jouer à Pokémon Go, avec et sans AR, mène à des comportements plus dangereux que texter en marchant, indépendamment du niveau d’expérience du joueur dans Pokémon Go. Cependant, les résultats démontrent que la réalité augmentée permet aux joueurs d’être plus attentif à leur environnement physique et plus vigilant pour éviter les dangers potentiels. En fait, cela rend le joueur plus attentif et vigilant. Cela suggère que l’utilisation de la réalité augmentée pourrait mener au design d’applications moins dangereuses.

Romain Pourchon, Chercheur UX, Deloitte Digital et Sylvain Sénécal, Ph.D, HEC Montréal, Tech3Lab. 12H15 – 13H45 LUNCH 13H45 – 14H25 VÉHICULES AUTONOMES, LES DÉFIS DE L’EXPÉRIENCE HUMAINE L’arrivée du véhicule autonome questionne sur l’acceptation de la population de cette nouvelle forme de mobilité. Quel est le niveau de confiance d’un utilisateur par rapport aux différents événements qui interviennent dans le véhicule ? Comment les passagers d’un véhicule autonome réagissent émotionnellement au comportement du véhicule ou à des activités proposées à bord ? C’est ce que nous avons essayé de découvrir grâce à une expérimentation réalisée en circuit fermé, pendant laquelle nous avons recueilli et mesuré les attentes et les émotions des utilisateurs. En complément de questionnaires, plusieurs outils issus de la neuroscience ont été utilisés afin de capter l’expérience physiologique du conducteur, notamment son niveau de stress et ses émotions à travers le temps.

Les questions que nous avons posées aux participants à cette expérimentation, ont permis de soulever quelques points qu’il nous semble intéressant d’approfondir: L’arrivée du véhicule autonome va-t-il être un vecteur d’inclusion ou d’exclusion sociale ? Comment s’assurer que le véhicule autonome sera un véhicule partagé, tel que promis par les fabricants ? Les véhicules autonomes permettront-ils de maîtriser le risque d’accroissement des inégalités ? Comment arriverons-nous à réellement mutualiser les véhicules du futur?

Mickaël Brard, conseiller en mobilité, Jalon 14H25 – 15H05 ANTICIPER LES FUTURS BESOINS EN MOBILITÉ: QUELLES APPROCHES POSSIBLES? Les « nouvelles mobilités » sont un nouveau paradigme qui ajoutent à la notion de déplacement une notion de changement social riche. Elles portent des dimensions nouvelles tant dans leur quantité : affectif, temps, numérique, interconnexion… que leur qualité (augmentation du budget-temps alloué au transport passant de 1h à 1h30)… Les entreprises s’en sont saisies très rapidement par une approche techno-centrée (voitures électriques & autonomes), dans le cadre d’une thèse en ergonomie prospective nous décrirons une série de travaux en cours qui ont pour but de proposer une approche inverse s’attachant à la recherche de besoins (entretiens, phrases à compléter, tri de carte) et aux spécificités de cette démarche appliquée à la mobilité (différences générationnelles et nationales dans les comportements de mobilité).

Clément Colin, Doctorant Ergonomie, Total, PErSEUs, Université de Lorraine. 15H05 – 15H20 PAUSE 15H20-16H L’HUMAIN AU CŒUR DE LA CONCEPTION DE SES NOUVELLES SOLUTIONS DE MOBILITÉ L’Institut VEDECOM est un Institut français de recherche et de formation dédié à la mobilité individuelle décarbonnée et durable qui rassemble des partenaires publics (Universités, Ecoles d’ingénieurs, collectivités …) et privés (constructeurs, équipementiers, sociétés de services,…). A ce titre, VEDECOM ambitionne de devenir un leader européen en matière d’innovation dans les domaines des véhicules électrifiés, autonomes et connectés grâce à des infrastructures et services de mobilité et d’énergie partagée. La présentation abordera les thématiques de recherche menées par l’institut et fera un focus sur les activités centrées sur les utilisateurs et futurs utilisateurs des nouvelles solutions de mobilité Ainsi, les recherches portant sur l’acceptabilité des véhicules autonomes par les usagers et les usagers en interaction avec ceux-ci, la conception d’IHM adaptées et adaptatives, l’étude du comportement des conducteurs de véhicules automatisés mais aussi leviers à mettre en œuvre pour les changements d’habitudes de mobilité seront présentées.

Stéphanie Coeugnet, PhD., Chercheur en Ergonomie, Institut Védécom. 16H-16H40 ASSISTANCE À LA CONDUITE AUTOMOBILE POUR PERSONNES VIEILLISSANTES : CONCEPTION ET ÉVALUATION D’UN SYSTÈME AFFICHAGE TÊTE HAUTE Les sociétés sont amenées à réfléchir comment encourager les conducteurs vieillissants à rester mobiles de manière sécuritaire. Une façon d’encourager la conduite automobile est l’utilisation des systèmes d’aide à la conduite, qui ont l’avantage d’être modulables et personnalisables pour chaque véhicule. Dans cette recherche, nous nous sommes interrogés sur l’adaptation de ce type de système pour les conducteurs vieillissants québécois. Deux études ont été réalisées. La première fut une étude qualitative permettant d’analyser les besoins et attentes des conducteurs vieillissants. Les résultats de cette étude ont permis d’identifier les caractéristiques qui touchent ces conducteurs et de réfléchir au type de système à proposer. La seconde étude a été de concevoir le système, puis de faire une évaluation de celui-ci en conditions réelles de conduite en mesurant la charge mentale et l’utilisabilité du système. Cette étude pluridisciplinaire contribue à l’amélioration de la conduite automobile à long terme pour les personnes vieillissantes.

Perrine Ruer Ph.D, Chercheure Tech3Lab, HEC Montréal 16H40 – 17H SYNTHÈSE ET CLÔTURE Eric Brangier, (Pr. Dr.) PErSEUs, Université de Lorraine et Pierre-Majorique Léger, Ph.D, HEC Montréal, Tech3Lab, Chaire UX.