Communs/Repérer et caractériser les communs

De Communauté de la Fabrique des Mobilites

La Fabrique participe à la création et l’enrichissement de communs de la mobilité à tous les niveaux et en premier lieu en identifiant, analysant et évaluant des communs existants. Ils concernent :

  • Toute norme et standard en cours de construction ou souhaitable,
  • Les bases de données ouvertes ou à ouvrir, 
  • Des modules de formation, 
  • Des retours d’expérience structurés comme un corpus de connaissance,
  • Le recensement des besoins d’usage exprimés ou à exprimer par familles d’utilisateurs,
  • des logiciels libres (FLOSS),
  • du matériel libre (OSHW), etc.

Les identifier

Bases de donnée actuelle autour des communs de la mobilité

Identifier les “communs” à créer

  • Ceux directement utiles à de nombreuses entreprises
    • Par des déclarations de plusieurs acteurs. Par exemple, lors du séminaire à Sophia Antipolis, plusieurs entreprises de la Fabrique ont dit avoir besoin d’une base de donnée ouverte de données de transport pour se développer,
    • Par un travail par communauté d'acteur, en identifiant des besoins similaires de plusieurs acteurs pour co-développer de nouvelles ressources nécessaires mais non compétitives. Cette approche est en cours pour les startups développant des solutions de covoiturage quotidien (voir la communauté associée).
    • En lançant un appel à commun, visant à faire produire les communs utiles pour l'écosystème. Plusieurs options sont décrites dans la page dédiée.
  • Ceux indirectement utiles

Identifier les ressources déjà existantes que les entreprises possèdent, mais pas encore sous forme de “communs”

Pour les identifier dans ce cas, il faut analyser chaque situation pour voir si il est utile de faire évoluer la ressource vers un “commun” et si c’est le cas, voir les points de blocages qui peuvent être divers.

Plusieurs cas apparaissent

  • Il y a un trop gros risque pour l’entreprise de libérer le commun car la ressource est située dans le champ du modèle économique ou sur lequel un important investissement a été fait par l’entreprise.
    • Dans ce cas, il faut voir comment cette ressource peut-être financée par exemple par l’action publique, un ensemble d’entreprises et/ou une dynamique citoyenne, pour permettre à l’entreprise ayant investi de retrouver son investissement. C’est l’exemple de Wehicles qui possède des bases de données qui pourraient être mise sous forme de commun et mutualisées avec d’autres. Il est aussi possible de montrer la possibilité d’autres modèles économiques autour du commun. L’enjeu est d’aider l’entreprise à voir un intérêt à ouvrir sa ressource
      • D'autres exemples :
        • Zesentinel) : Standard des capteurs automobiles ?
        • (Comthings) : Base de donnée ouverte des places de parking en ville
  • Il y a des ressources qui ne représentent pas de valeur pour l’entreprise et qui auraient tout intérêt à être ouvertes, si toutefois cela n’engendre pas de travail supplémentaire
    • Dans ce cas, il faut aider l’entreprise à comprendre l’intérêt d’ouvrir sa ressource. Un accompagnement doit être fait pour aider à transformer cette ressource en commun
  • L'entreprise n'est pas formée à la culture des communs et perçoit cela comme un risque ou une perte de temps plutôt qu'un opportunité. C'est là où il faut former à cette question, ses avantages et inconvénients, au travers d'une formation qui pourra être dispensée aux entrepreneurs à partir de cas concrets.

Cette identification est faite :

  • Grâce à une plateforme contributive, développée sous un modèle proche du modèle de contribution utilisé par Wikipedia, et qui permettra un recensement large des communs et d’analyses enrichies du plus grand nombre. Elle est visible dans sa version alpha sur le site : communs.fabriquedesmobilites.fr
  • Grâce aux échanges et rencontres qu'ils soient en ligne ou en présentiel, notamment via les communautés.

Caractériser les communs pour pouvoir les sélectionner

  • Une fois identifiés, il faut sélectionner les communs à mettre à disposition de la communauté et en lesquels nous avons confiance pour proposer à des entrepreneurs de se baser dessus. Pour cela, une analyse des communs est à réaliser.

Cette analyse des communs permet :

  • d’identifier les ressources les plus pertinentes à mettre à disposition par rapport à un besoin
  • de bénéficier de retours d’expériences sur la construction de communs et d’aider certains communs à améliorer leur positionnement. L’enjeu pour une ressource est de devenir le commun incontournable utilisé par le plus grand nombre d’acteurs,
  • de faciliter la contribution en nature et en financement des entreprises et de l’écosystème de la Fabrique aux communs

Cette analyse est réalisée en deux étapes :

  • A travers la définition de l'usage du commun. Ce commun est il utilisé dans le domaine de la mobilité ? Répond il à un usage ? Pour cela :
    • Décrire clairement l’usage
    • Décrire l'ensemble des potentiels usagers du commun, entreprises, acteurs publics, citoyens, etc...
    • Décrire l'ensemble des potentiels contributeurs au commun (en financement et en nature)
  • A l’aide d’une méthode de caractérisation multidimensionnelle d’un commun qui pose différents critères sur différents enjeux :
    • Cette analyse se fait selon les 6 ingrédients (Gouvernance, Contribution, Juridique, Partage, Financement et Partenaires) décrits ici. Il est proposé de faire cette analyse sur la plateforme des communs (ou via ce tableau) et de nourrir le graphe (cette fonction n'est pas encore disponible aujourd’hui). Cette analyse approfondie doit permettre de se faire une idée de la capacité du commun à être pensé pour durer. En résumé, les 6 ingrédients permettant de poser ces questions sont :
      • la capacité à favoriser la contribution - comment le projet permet-il la contribution à tous ?
      • l’aspect juridique - quels choix juridiques pour protéger le caractère commun du projet ? (voir le chapitre suivant)
      • la question des partenariats - comment sont organisées les activités marchandes utilisant le commun ? quelles relations avec le commun ?
      • la gouvernance - comment est pensée la gouvernance pour permettre à tous de s’approprier le commun ?
      • le financement - quelle logique de financement et de redistribution financière dans le commun ?
      • la capacité de partage - comment mutualiser avec les communs qui se développent sur les mêmes enjeux dans le monde ? Comment le commun est pensé et documenté pour favoriser sa réplication, sa diffusion ?

Les communs qui sont validés par la Fabrique sur sa plateforme sont proposés aux porteurs de projets pour qu’ils puissent facilement et sereinement les utiliser. La Fabrique peut, le cas échéant, aider à créer de nouveaux communs non encore disponibles. En échange, les entreprises accompagnées sont invitées à faire vivre et évoluer les communs utilisés. Ils deviennent les livrables du parcours d’accompagnement et sont capitalisés dans la Fabrique, enrichissant ainsi l’intelligence collective. Cette surproduction est étudiée, dès le départ, avec les porteurs de projet pour choisir les “meilleurs” communs à améliorer pour eux et pour la Fabrique.

Un travail est en cours pour savoir comment réaliser la caractérisation des communs