CR Atelier FabMob Asso - 8 juin

De Communauté de la Fabrique des Mobilites

Synthèse de la matinée FabMob Asso - 8 juin (9h - 13h)

Personnes présentes

  • Matteo Satta, Issy-les-Moulineaux, ‎Responsable des projets européens
  • Quentin Valcke, I-trans, Coordinateur du programme i-viaTIC
  • Karim Ait Youcef, Wimoov, Directeur Général Adjoint
  • Simon Sarazin, contributeur / expert sur les communs
  • Jérôme Tan, Total, Service open innovation
  • Sebastien Glaser, VEDECOM, Responsable du projet Véhicule à Conduite Déléguée
  • Laurent Chevereau, CEREMA, ‎Directeur d'études "Connaissance des offres et services de mobilité"
  • Severine Herlin, Vianeo
  • Lomig Unger, Renault, ‎Responsable Open Innovation Lab Paris
  • Fabienne Weibel, Blablacar, Directrice des Affaires publiques
  • Antoine Carette, Région IDF, Chargé de mission - Direction des Transports
  • Benjamin Jean, Caroline Corbal, Inno3

Via Skype :

  • Stéphane Masson, ESTACA, Délégué général
  • Cecile Amar, Renault, ‎Coach Stratégique Innovation (projet POM)

Objectifs de la matinée

Dans le cadre du travail de structuration de la FabMob, un questionnaire avait été partagé au sein de la Fabrique des mobilités afin que chacun puisse réfléchir à son implication au sein de la structure et des projets qu’elle porte.

Cette matinée visait à présenter les premiers enseignements tirés de ce travail de collecte (cf slides présentées) et d’engager étroitement les personnes présentes et d’approfondir les points particulièrement structurants pour l’association, au travers d’ateliers de brainstorming sur les communs et les missions de la FabMob.

Cette synthèse est le résultat de cette demi journée de travail, elle servira de base aux différentes projections qui seront présentées le 6 juillet pour validation collective et qui donneront ensuite lieu à la rédaction des documents statutaires en collaboration étroite avec l’équipe projet mobilisée au sein du réseau de la Fabrique des mobilités.

Une importante réflexion a été menée sur la notion de « communs » dans le cadre de la FabMob, afin d’en dégager une définition claire et partagée, et une autre sur la transformation de la FabMob (nature, missions, gouvernance de l’association). Les « communs » de la mobilité

La notion de « commun »:

Un commun : Dans le domaine de la mobilité, la notion de commun recouvre plus précisément :
  • Des ressources, référentiels, standards, produits et partagés par plusieurs acteurs (dont les intérêts ne sont pas nécessairement similaires)
  • Qui sont gouvernés par leurs contributeurs (la communauté) grâce à un ensemble de règles établies (la gouvernance)

Cette ressource partagée doit être connue et compréhensible par les « autres ».

Un commun : « ce que l’on ne peut faire seul »

  • Data, logiciel, matériel, documentation, connaissances partagés, cartographies, méthodologies, API, modes d’emploi des données, etc. compris et manipulables par tous les acteurs de la mobilité
  • Bonnes pratiques et retours partagés, nourris des expériences de chacun

Les communs pourraient également être une manière d’impliquer les utilisateurs finaux, de mieux connaître leurs besoins.

Les communs : quelle opportunité pour votre structure ?

  • Faciliter / accélérer l’open innovation
  • Bénéficier de briques permettant de réduire les barrières à l’innovation
  • Fenêtre sur les tendances et les innovations du moment
  • Opportunité de disposer d’un espace de travail « partagé » et « dématérialisé »
  • Partager des retours d’expériences (livres blancs, etc.)

Questions à se poser :

  • Quel est mon intérêt à utiliser des communs ?
  • Quel est mon intérêt à produire des communs ?

Points de vigilance :

  • Le terme commun n’est pas très attractif, notion de risque associée
  • Il ne faut pas axer toute la définition de la FabMob autour de la notion de communs, car ferait « fuir » trop d’acteurs
  • Il est important de définir très précisément (notamment pour les aspects juridiques) la notion de communs, qui peut facilement inquiéter (not. Au sein des grands groupes)
  • Un vrai besoin d’accompagnement ressort de l’atelier :
    • Comment développer un business model open source / data / hardware ?
    • Quels sont les modèles existants et comment s’en inspirer ?

Pistes à développer :

  • La définition de commun est bien comprise, en revanche la gouvernance des communs est trop peu évoquée
  • S’accorder collectivement sur une définition consensuelle des communs
  • Permettre aux acteurs de s'impliquer largement : comment peut on s'impliquer dans un commun ? Cela implique un vrai travail d’animation de communauté.
  • Partager des témoignages et retours d’expériences pour mieux appréhender le potentiel des communs (par ex : Guide Open Source Mobility). Mettre en avant des exemples concrets de mutualisation, qui fonctionnent, et quels bénéfices on peut en tirer.
  • Le référencement actuel des communs dans la FabMab apparaît comme trop large et dense, manquant ainsi de lisibilité
  • Donner les moyens aux organisation de former culturellement leurs équipes à ces nouveaux usages, par exemple en les outillant

Cartographie

Créer une cartographie des acteurs, qui représentent les points d’intérêts de chacun, les relations qui lient les uns et les autres, afin de mieux envisager comment positionner les communs dans le réseau FabMob

Argumentaire

Développer un argumentaire à destination des organisations, par grand type d’organisation, avec des exemples concrets de communs tout en explicitant quels bénéfices elles peuvent en tirer.

→ Il faut outiller les acteurs pour porter le message au sein de leur organisation.

Format : flyer ?

La transformation de la FabMob

L’association ne doit surtout pas apporter de la complexité, au risque de faire fuir les organisations les plus frileuses.

Types de membres

Il est important d’identifier des rôles définis. Par exemple, au moins deux deux types de membres : profils techniques et profils « animation » Il serait mieux que les « membres adhérents » soient des personnes physiques, car elles se sentiront plus libres. La difficulté rencontrée par plusieurs acteurs lors de la complétion du questionnaire est en une illustration (impossible de parler au nom de leurs organisations, qui ne peuvent se prononcer tant que l'association n'est pas formalisée).

Remarque : Pour mieux identifier les acteurs et les compétences au sein du réseau, il faudrait revoir le formulaire d’identité des personnes et structures, en activant le crowdsourcing des informations (quand un acteur entre son profil, il nomme deux personnes qui vont décrire ses compétences avec des cases à cocher : compétences individuelles et en groupe).

Montant des cotisations

Faire en sorte que le « temps / Homme » compense le prix de l’adhésion, car délicat de valoriser à parts égales.

Définition de la FabMob

Ce qu’est la FabMob À définir Ce que n’est pas la FabMob
  • Un écosystème ouvert
  • Une plateforme de ressources
  • Un commun elle-même
  • Un accélérateur de communs
  • Un formateur aux communs
  • Un réseau de personnes physiques
  • Une communauté
  • Un interlocuteur / facilitateur pour le dialogue entre l’État ou la Commission Européenne et l’écosystème
  • Un espace de travail partagé
  • Une Fabrique des communs
  • Un lieu
  • Un tiers lieu
  • Un lieu de mutualisation de R&D de ses membres
  • Un financeur
  • Un pôle de compétitivité
  • Un lobbyste
  • Un incubateur d’entreprises
  • Un prestataire de services
  • Une structure interférant dans la libre concurrence
  • Une structure lourde
  • Un accélérateur de projets de mobilité / d’innovation (trop proche d’un pôle de compétitivité)
  • L’AFNOR
  • L’Ademe

Les missions de la FabMob

Propositions à l’issue du questionnaire :

  • Favoriser le développement de communs de la mobilité
  • Réunir les acteurs de la mobilité
  • Monter des projets
  • Développer l'écosystème (relation avec les acteurs institutionnels/privés/communautaires)

Remarque : la notion d’international est arrivée en bas dans le questionnaire. Or, l'ouverture est par nature internationale. Le développement de la FabMob à l’international est plus un moyen qu’une mission en tant que telle. Il pourrait notamment être intéressant d’effectuer du benchmark à l’international (projets ouverts similaires), afin de s’appuyer dessus.

Résultats de l’atelier :

  • Développer une culture commune / une culture ouverte
  • Favoriser la production et l’utilisation de communs
  • Être un réseau de partage des initiatives et d’identification des besoins
  • Être un réseau pour définir un cadre qui facilite des travaux en partenariat
  • Créer  et encadrer la création de communs
  • Inventer le futur des mobilités
  • Partager des expériences
  • Accompagner des acteurs dans leur adaptation dans leur transition digitale vers l’ouverture
  • Accélérer la mise en commun de ressources
  • Diffuser une méthodologie, bonnes pratiques, retex
  • Dynamiser l’écosystème
  • Ouvrir, décloisonner, aider à ouvrir
  • Testeur d’outils et idées : expérimentation
  • Gagner du temps
  • Développer un écosystème des communs de la mobilité
  • Mettre en commun des méthodologies, moyens (matériels, humains, financiers), compétences pour produire des communs

En résumé :

La FabMob se définit aujourd’hui comme un « accélérateur », cependant cette définition ne fait pas consensus, car trop proche du rôle des pôles de compétitivité. L’élément clé qui définit la FabMob par rapport aux autres structures existantes est la notion de « communs ». Cela englobe sa capacité à « réunir des acteurs » et « monter des projets », moyens pour créer les conditions favorables au développement de « communs de la mobilité ».

Proposition : "La Fabrique des Mobilités accélère des projets et des structures en s'appuyant sur la croissance apportée par les communs et l'open source".

Elle n’a pas vocation à « porter » ces communs (il ne faudrait pas centraliser leur production), mais à mettre en place le cadre pour y parvenir, notamment en proposant collectivement une méthodologie pour accompagner l’ouverture. Il convient toutefois de veiller à ne pas tomber dans le « meta » et à rester concrets, car c’est ce qui fait la plus value de la FabMob.

Proposition : "La Fabrique développe et organise un ensemble de moyens et de compétences destinés à toutes les parties d'un écosystème pour comprendre l'intérêt des communs, produire et utiliser des communs dans des objectifs stratégiques individuels et collectifs. Les communs se positionnent au centre de la proposition de valeur de la Fabrique. La Fabrique construit et renforce, en conséquence, des réseaux, accélère des projets par les communs, accompagne des évolutions stratégiques pour mieux faire levier des communs".

Au delà, l’enjeu est également de favoriser l’utilisation des communs ainsi développés, de réellement permettre une « acculturation » des acteurs à leurs enjeux et usages.

Pour que chacun puisse s’approprier ces ressources communs, il est important de définir collectivement des règles de gouvernance des communs.