Référentiel d'expérimentation des véhicules et navettes autonomes

De Communauté de la Fabrique des Mobilites

Description en une ligne: L’objectif général est de construire un socle de connaissances, de méthodes et d’outils partagés entre les acteurs publics et privés, pour la démonstration de la sécurité et l’évaluation des systèmes de mobilité autonome. La construction de ce socle de connaissances s’appuiera sur des expérimentations et démonstrations à grande échelle sur des cas d’usage sélectionnés.

Description: Le 1er Atelier sur les navettes autonomes a identifié le besoin de construire un référentiel commun pour les expérimentations. Ceci est également proposé dans le rapport Développement du véhicule automatisé Orientations stratégiques pour l’action publique.

Image:

Easymile sophia.jpg

Site internet:

Organisations intéressées pour contribuer ou qui contribuent déjà: Ministère, NAVYA, EASYMILE, PSA, RENAULT, Transdev, Transpolis, MICHELIN

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource:

Contributeurs:

Tags: navette autonome, robotaxi

Catégories: Communauté, Connaissance, Données, Juridique, Lieu, Logiciel, Matériel

Thème: Open Street Map OSM, Voiture Connectée, Navettes autonomes, Open HardWare, Logiciel Libre, Collectivité

Référent:

Défi auquel répond la ressource: Améliorer les solutions et développer de nouvelles solutions de mobilités pour tous, Augmenter le remplissage des véhicules individuels et collectifs

Personnes clés à solliciter

Autre commun proche:

Communauté d'intérêt: Communauté autour des navettes autonomes, Communauté Voiture Connectée

Type: Commun

Dans le cadre de l'OpenChallenge ? Non

Niveau de développement Idée

Espace d'échange synchrone (de type chat): https://chat.fabmob.io/channel/navette-autonome-robotaxi

Espace d'échange asynchrone (de type mail): https://framalistes.org/sympa/subscribe/navette_autonome

Lien vers l'outil de gestion des actions:

Lien vers l'outil de partage de fichiers:

Besoins:

Le déploiement de la mobilité et des véhicules autonomes sûrs nécessite prioritairement

  • de concevoir des systèmes automatisés performants, fonctionnellement sûrs et moins faillibles que des conducteurs humains,
  • d’en valider et d’en éprouver le fonctionnement avant de les commercialiser,
  • d’apporter les éléments de preuve de la validation aux autorités en charge de réguler le déploiement par une évolution de la réglementation technique pour l’homologation des systèmes autonomes – véhicules et infrastructures, et un élargissement des autorisations permettant la circulation des véhicules sur des lieux qualifiés et des cas d’usages diversifiés,
  • d’établir les règles d’observation et de traitement des retours d’expérience pour évaluer les bénéfices de la mobilité autonome : gains en sécurité routière, bonne acceptabilité sociale, utilité, impacts sur l’emploi, etc.

L’enjeu est d'étudier et de tester la viabilité de la conduite et de la mobilité autonome en tant que moyen de transport sûr et efficace. L’objectif général est de construire un socle de connaissances, de méthodes et d’outils partagés entre les acteurs publics et privés, pour la démonstration de la sécurité et l’évaluation des systèmes de mobilité autonome. La construction de ce socle de connaissances s’appuiera sur des expérimentations et démonstration à grande échelle sur des cas d’usage sélectionnés.

Dans ce cadre, les objectifs pourraient être de :

  • Construire le référentiel de situations critiques pour les cas d’usages sélectionnés, couvrant les transports individuels et les transports collectifs,
  • Définir les méthodes et outils de validation et de démonstration de la sécurité, basés sur les situations critiques des cas d’usages,
  • Préparer et mettre à disposition les infrastructures physiques et numériques nécessaires à la mise en œuvre des expérimentations, en situation réelle d’exploitation,
  • Identifier et formaliser les gains de performances, de sécurité et de services apportés par les infrastructures, dans une approche système intégrant véhicules et infrastructures,
  • Evaluer l’acceptabilité, l’utilité, l’utilisabilité et l’usage la conduite et de la mobilité autonome par les usagers potentiels, ainsi que les bénéfices sociétaux attendus (sécurité routière, émissions, fluidité du trafic économie).
  • Coordonner et mettre en œuvre un plan d’expérimentation national basé sur des méthodologies partagées, permettant de caractériser les sites d’expérimentation, de collecter et capitaliser les données et résultats attendus,
  • Construire et mettre en œuvre un plan de sensibilisation et de communication pour accompagner le déploiement de la conduite et de la mobilité autonome auprès des usagers et de l’ensemble des différentes parties prenantes.

Propositions de la Fabrique :

Cahier de suivi et retours d'expériences

Etablir un cahier de suivi pour chaque expérimentation intégrant les changements de comportements, de mode transport avant/après => construire un document unique commun permettant de préparer en amont, documenter pendant, puis capitaliser après chaque expérimentation :

  • définition des besoins des parties prenantes : client, opérateur, gestionnaire de site, usagers, autorités locales, autorités nationales, via le PDU, les club entreprises, les relais locaux
  • analyse du contexte : existant, objectifs (env, social éco, conséquences,...), difficultés identifiées, opportunités
  • Quel est le minimum nécessaire pour chaque expérimentation ? en terme de véhicule, usagers, barrières réglementaires levées, durée du projet …
  • définition du service usagers : usager, nombre, type, horaires, attentes, profils, intégration physique et technique à l'existant, modèle économique actuel & envisagé,
  • aspects temporels : calendrier court/moyen/long termes, jalons/go-nogo, phasages (démos, expé...), conditions de passage / d'acceptation par les différentes parties prenantes
  • données produites par l'expérimentation : quelles données pourraient être mutualisées, utilisées par des laboratoires, utilisées pour la formation (voir Udacity).

Expérimentations

Comment sélectionne-t-on ou oriente-t-on les meilleures expérimentations ? Peut-on les regrouper pour créer un cas de projet avec plusieurs cas d’usages sur un territoire (Exemple : mobilités des salariés 8-10h et 16-20h / transports de colis entre 10-12h / transport le soir pour des spectacles ) ?

  • Soutenir des cas d’usages “mobilités” , business modèles : Partir des lieux attractifs non/mal déservis en TC ? et/ou des populations les plus dépendantes de l’automobile ?
  • Soutenir des cas d’usages “réglementation” : Choisir des projets qui apportent des métriques permettant d’aller vers des usages sur routes ouvertes, et lèvent surtout des barrières réglementaires comme apporter des preuves de fiabilité “pas d’incident au km”, sans forcément viser des cas d’usages “mobilités”.
  • Intégrer plus de difficultés : champs ouverts avec piétons, fort flux de passagers, vitesse commerciale plus élevée, croisement de voiture…
  • Intégrer des questions réglementaires (venant des ministères) pour lever des barrières réglementaires et utiliser chaque expérimentation pour aller vers les utilisations sur route ouverte.
  • Comment fait-on pour identifier les expérimentations à venir ? envisage-t-on un appel national des territoires ?

Développement commercial :

  • Détailler et mutualiser les différents modèles d'affaires  : license techno navigation,vente navette,... Easymile et Navya ?
  • Mutualiser les questions juridiques d’exploitation des navettes (FAQ).
  • Quels soutiens aux projets : non financier via la Fabrique, financier via :
    • Idée d'un groupement d’achat public et d’exploitation de navettes pour explorer de multiples cas d’usages en mutualisant l’amont, les usages, l’exploitation, les services, les retours dans un maximum de configuration,
    • Aide à l’expérimentation : Initiative PME de l’ADEME, aide R&D ADEME, projets européens (H2020) si l’expérimentation lève plusieurs barrières.

Complément:

Les livrables pourraient être les suivants

  • Base commune de scénarios critiques et ses critères de définition,
  • Environnement de simulation définissant des interfaces standardisées avec les différents moyens de simulation spécifiques,
  • Méthode et outils de validation de la sécurité et de l’acceptabilité,
  • Référentiel de sûreté de fonctionnement,
  • Référentiel de la sécurité routière
  • Mise à niveau des infrastructures physiques et numériques sur les sites pilotes des expérimentations,
  • Formulation des besoins d’évolution des infrastructures différenciés selon les scénarios de déploiement,
  • Expérimentations grande échelle sur des sites pilotes
  • Démonstration de sécurité dans le cadre des expérimentations, en incluant les modes dégradés,
  • Retours d’Expérience partagés,
  • Evaluations de l’acceptabilité y compris auprès des autres usagers de la route (hiérarchisation des freins à l’acceptation des véhicules autonomes, leviers pour une meilleure acceptation, conception des véhicules, critères de définition des parcours, recommandations...),
  • Etudes d’impact (environnement, économique, social, sociétal ...).

Prochaine Etape:

Monter un Atelier pour rassembler un maximum de projets en cours en France et Europe

Autres informations:

Liste des Acteurs qui utilisent ou souhaitent utiliser ce Commun Référentiel d'expérimentation des véhicules et navettes autonomes :