Programme d'Information "Mobilité Domicile-Travail"

De Communauté de la Fabrique des Mobilites

Description en une ligne : Action de marketing direct, vers une cible sélectionnée, visant à stimuler la formation rapide et massive d'équipages de covoiturage domicile-travail

Description : Action de marketing direct, vers une cible sélectionnée, visant à stimuler la formation rapide et massive d'équipages de covoiturage domicile-travail

Image :

No-image-yet.jpg

Lieu d'utilisation/expérimentation :

Site web :

Organisations intéressées pour contribuer ou qui contribuent déjà : One Plus One Technologies

Organisations utilisatrice ou intéressée par utiliser la ressource :

Contributeurs :

Tags :

Thème : Covoiturage quotidien

Référent :

Défi auquel répond le projet : Accélérer le déploiement du covoiturage quotidien

Commun(s) utilisé(s) :

Commun(s) produit(s) : statistique fines sur les flux de voitures entre le domicile et le travail

Communauté d'intérêt : Communauté autour de l'écomobilité inclusive, Communauté autour du Covoiturage quotidien, Mobilités Paris Saclay MobinSaclay

Personnes clés à solliciter :

Niveau de développement : PMV

Espace d'échange asynchrone (de type mail) :

Espace de discussion (de type chat) : [1]

Lien vers l'outil de gestion des actions :

Lien vers l'outil de partage de fichiers :

Besoins : Territoire d'expérimentation, région ou métropole

Complément : Projet candidat à l'Appel à Programmes CEE 2018 de la DGEC

Prochaine Etape : Résultat de l'instruction du dossier 62140 par France_Expérimentation

Autres informations :

En 2017 en France, 8% de la masse salariale partait en fumée, au sens littéral du terme, plus précisément en émissions de CO2 et polluants de l’air associés ; il en sera de même cette année : sur 98 Md€ de masse salariale des salariés qui se rendent au travail en voiture, plus de 7 Md€ sont immédiatement « prélevés à la source », soustraits à leur pouvoir d’achat, et réinjectés dans leurs seules dépenses en carburant pour aller…au travail. Il s’agit-là d’un circuit économique qui s’apparente à du shadokisme polluant ; à l’heure de la transition écologique et solidaire, notre économie mérite sans doute mieux que cela.

On comprend alors que le Gouvernement ait décidé de s’attaquer au problème, en prévoyant plusieurs dispositions visant à développer la pratique du covoiturage domicile-travail, dans son projet de loi d’orientation des mobilités. Ces dispositions viendront en soutien d’actions déjà engagées de longue date telles que les Plans de Mobilité (PDM), devenus obligatoires depuis janvier 2018 pour les entreprises de plus de 100 salariés.

Du fait de ce seuil plancher sur les effectifs, l’obligation PDM ne couvre les besoins de mobilité domicile-travail que de 40% des salariés. Leur potentiel de covoiturage ne bénéficie que facultativement de celui des 60% de salariés restants.

Dans ces conditions, le projet de Programme d’Information et d’Innovation « Mobilité Domicile-Travail » (PIMDT) propose de :

· considérer la mobilité de 100% des salariés qui se rendent au travail en voiture

· sélectionner chacun des salariés dont les trajets, à la maille infra-communale de l’IRIS : - font plus de 20 km et - sont parcourus par au moins quatre autres salariés

· lui écrire pour l’inviter à : - exercer ses droits conformément aux dispositions du RGPD - se renseigner sur la statistique produite : le nombre d’autres salariés automobilistes avec lesquels il pourrait envisager de covoiturer ses trajets,

· enregistrer sa demande d’être mis en relation de covoiturage

· et enfin, selon une probabilité maîtrisée, lui répondre fructueusement

Le projet de Programme d’Information et d’Innovation « Mobilité Domicile-Travail » (PIMDT) vient de faire l’objet d’une candidature proforma de ONE PLUS ONE à l’Appel à Programmes Certificats d’Economies d’Energie 2018 du MTES/DGEC (APrgCEE), sur la thématique de la mobilité économe en énergie fossile.

Si, avec l’engagement d’une métropole à le porter et à le déployer, le projet est lauréat de l’APrgCEE, alors, en tant que collectivité territoriale éligible au dispositif des CEE, elle bénéficiera, jusqu’à fin 2020, d’un financement à 90% des dépenses de déploiement.